Obtenir plus d'information

Violence conjugale, violence dans les relations intimes, violence dans les relations amoureuses... c'est quoi au juste ?

Quand un partenaire utilise des comportements violents de toutes sortes pour contrôler comment les choses se passent dans la famille et dans la vie en général, on parle de violence conjugale. Cette violence sert à installer un rapport de pouvoir dans la relation et prend des visages multiples qui sont souvent difficiles à identifier, puisqu’ils se camouflent dans le décor de la relation amoureuse. Cette violence peut se produire dans toutes les formes de relations entre partenaires intimes (relation amoureuse, couple marié ou en union de fait, relation chum/blonde, relation "avec bénéfices", relation extra-conjugale, etc.), peu importe l'orientation sexuelle et l'âge des partenaires.

Comportements violents

Les comportements qui constituent de la violence conjugale peuvent être de nature non-physique (sacrer, crier, insulter, dévaloriser, culpabiliser, dénigrer, humilier, interdire, obliger, ridiculiser, blâmer, menacer la partenaire, l'empêcher de voir sa famille ou ses ami-es, briser des objets, etc.) ou de nature physique (frapper, bousculer, pincer, retenir, cracher, frapper avec un objet, agresser sexuellement, etc.). La violence peut également se faire via les enfants, les proches ou les animaux (mentir ou manipuler les enfants ou les proches pour nuire à leur relation avec la victime ou lui couper l’accès à de l’aide, se venger sur un animal de compagnie); elle peut aussi être de nature économique (critiquer la gestion financière, créer des dettes au nom de la victime, voler de l’argent, manipuler l’information relative aux finances, limiter l’accès aux ressources financières, empêcher de travailler ou d'étudier, etc.). Elle peut aussi être spirituelle (ridiculiser les croyances spirituelles, forcer ou empêcher la pratique d’une religion, se servir de la religion pour justifier sa violence, s’attaquer aux valeurs profondes ou aux aspirations, etc.) ou judiciaire (porter plainte contre la victime à la cour criminelle ou à la DPJ, mentir aux intervenant-es socio-judiciaires, ne pas respecter les jugements et ordonnances de la cour etc.).

Certaines formes de violence conjugale sont criminelles (toutes les formes de violence physique, les agressions sexuelles physiques, les méfaits, les menaces de mort ou de blessures, la séquestration, le harcèlement, les tentatives de meurtre, les meurtres), mais plusieurs des comportements violents subis au quotidien par les victimes de violence conjugale ne le sont pas, bien qu'ils soient tout aussi destructeurs.

Rapport de pouvoir

Dans une dynamique de violence conjugale, les comportements violents sont utilisés par un partenaire qui veut installer un rapport de pouvoir dans la relation, contrôler comment les choses se passent et mettre ses besoins au centre des préoccupations de la famille. Concrètement, cela signifie qu’une personne s’autorise à avoir des comportements de contrainte, dans le but d’imposer sa volonté à l’autre. Par exemple, imposer son opinion sur un sujet, obliger à faire ou à ne pas faire quelque chose, l’empêcher de sortir, contrôler son argent ou avoir le dernier mot lors d’un conflit. Essentiellement, l’agresseur enlève à la victime son droit de décider pour elle-même.

Quels sont les services offerts par SOS violence conjugale ?

SOS violence conjugale est un organisme communautaire sans but lucratif qui a pour mission de contribuer à assurer la sécurité et le rétablissement des victimes de violence conjugale de l’ensemble du Québec, en offrant un service d’accueil et de référence gratuit, bilingue, anonyme et confidentiel. C’est une ressource disponible 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, que la population du Québec peut rejoindre autant en situation de crise que pour obtenir de l’information, du soutien ou de l’hébergement.

Les services sont offerts par téléphone au 1-800-353-9010 ou au 514-873-9010, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Les services sont offerts par courriel au sos@sosviolenceconjugale.ca dans un délai maximal de 48 heures.

Combien de demandes sont reçues par SOS annuellement ?

SOS violence conjugale reçoit entre 25 000 et 30 000 demandes annuellement. Dans les deux dernières années, les demandes sont en forte hausse.

Près de 80% des appels proviennent de femmes victimes de violence conjugale, mais nous recevons aussi plusieurs appels de proches, de policiers, de médecins ou d’intervenant-es sociaux préoccupé-es par la situation d’une victime de violence conjugale ou de ses enfants. Nous recevons aussi des appels d’hommes, soit parce qu’ils remettent en question leur violence ou parce qu’ils subissent une situation de violence conjugale.

Comment se déroule un appel à SOS ?

D’abord, il est important de savoir qu’à SOS violence conjugale, ce n’est ni un répondeur, ni un service de relève téléphonique externe qui répond, peu importe le jour ou l’heure de l’appel. Tous les appels sont immédiatement répondus par une intervenante.

Un appel à SOS débute d’abord par un accueil chaleureux, au cours duquel l’intervenante s’assure de la sécurité immédiate de la personne qui appelle.

Si la personne n’est pas en sécurité, l’intervenante évalue avec elle les décisions à prendre pour améliorer sa sécurité. L'intervenante ne prend pas les décisions à la place de la personne, elle propose et accompagne. Si la personne est en sécurité, l’intervenante évalue avec elle quels sont ses besoins actuels et quelle est la meilleure façon d’y répondre.

Les victimes de violence conjugale peuvent avoir une multitude de besoins différents, tels que l’hébergement, l’information, l’écoute, l’accompagnement dans les démarches, le soutien au niveau juridique, l’aide matérielle et alimentaire, du soutien dans leur relation avec leurs enfants, etc. Une fois le besoin identifié, l'intervenante fait les démarches pour trouver une ressource qui pourra y répondre et transfère directement l'appel à une ressource (une Maison d’hébergement, des services externes en violence conjugale, un Centre de femmes, etc.). En appelant SOS violence conjugale, les victimes ont donc accès à l’ensemble des ressources en composant un seul numéro.

On peut appeler à SOS autant de fois qu'on aura besoin de le faire, que ce soit pendant la relation, au moment d'une rupture ou même plusieurs années après.

Quels sont les besoins des personnes qui appellent SOS, et quelles ressources sont disponibles pour les aider ?

Les besoins d’une victime de violence conjugale sont nombreux et différents d’une personne à l’autre.

La personne peut avoir besoin de comprendre ce qui se passe dans sa relation, de recevoir du soutien pour peser les enjeux et prendre des décisions éclairées face à sa relation, ou de trouver un endroit pour se réfugier lorsqu’elle doit fuir son domicile pour assurer sa sécurité et celle de ses enfants. Elle peut avoir besoin de soins de santé suite à des blessures ou à des problèmes de santé dus au stress, avoir besoin d’aide pour gérer les conséquences de la violence sur sa santé psychologique et sur celle de ses enfants, ou pour reconstruire son réseau social. Elle peut aussi avoir besoin d’être accompagnée dans ses démarches légales, avoir besoin d’aide pour trouver un nouveau logement, pour trouver une ressource pour s’occuper de ses enfants pendant qu’elle fait ses démarches, pour se meubler, pour trouver un emploi, pour nourrir sa famille…

Il existe de nombreuses ressources qui offrent différents services pour contribuer à répondre à ces besoins.

Les Maisons d’hébergement offrent un refuge et un accompagnement psychosocial spécialisé en violence conjugale. Les Maisons de seconde étape offrent aux victimes pour qui le danger persiste bien au-delà de la séparation de demeurer dans un espace sécurisé et de recevoir du soutien à plus long terme. Les CAVAC (Centre d'aide aux victimes d'actes criminels) informent et accompagnent les victimes d’actes criminels dans le système de justice. Les Services policiers peuvent intervenir pour assurer la sécurité d’une victime. Les Centres de femmes font de la défense de droits, de l’intervention et contribuent à briser l’isolement. Les CLSC offrent du soutien au niveau de la santé physique et psychologique. L’IVAC (Indemnisation des victimes d'actes criminels) permet aux victimes d’actes criminels d'avoir accès à des indemnités financières pour compenser les conséquences subies, etc.

Il existe donc de très nombreuses ressources, dans plusieurs catégories, dans toutes les régions du Québec. SOS violence conjugale est là pour servir de première ligne vers tous les services et simplifier la référence en violence conjugale.

Est-ce que je peux appeler SOS même si je ne suis pas certaine que je subis de la violence conjugale ?

Bien sûr ! Appeler à SOS, c’est justement une façon de trouver quelqu’un avec qui on pourra discuter et réfléchir à sa situation pour y voir plus clair. Il n’est donc pas nécessaire d’être certaine que la situation est bel et bien de la violence conjugale. Peu importe la situation qui crée un malaise avec un partenaire, SOS est là pour vous aider à trouver des ressources qui pourront vous accompagner et vous soutenir.

Je veux appeler SOS mais je ne veux pas monopoliser la ligne d'urgence et empêcher une autre personne de vous rejoindre...

SOS violence conjugale, ce n’est pas UNE ligne mais bien PLUSIEURS lignes. Plusieurs personnes peuvent appeler SOS violence conjugale simultanément sans jamais empêcher d’autres personnes de nous rejoindre. N’hésitez pas à nous contacter lorsque vous en ressentez le besoin.

Si vous le préférez, vous pouvez également amorcer votre démarche par courriel via l'adresse sos@sosviolenceconjugale.ca.

Je ne souhaite pas rompre ma relation... que pouvez-vous faire pour moi ?

Les intervenantes de SOS violence conjugale connaissent bien la réalité vécue par les victimes de violence conjugale et savent que la décision de rompre ou non avec une personne violente n’est pas une décision facile, qu’elle comporte de nombreux enjeux dont celui de la sécurité et que c’est une décision qui ne peut être prise que par la personne qui vit la situation. Les intervenantes de SOS n’exercent donc aucune pression, ni en faveur d’une rupture, ni en faveur du maintien de la relation.

Une victime de violence conjugale qui ne souhaite pas rompre avec son conjoint violent peut tout de même bénéficier d’aide et de soutien à différents niveaux. Par exemple, même si elle ne souhaite pas être hébergée, elle peut rencontrer en externe une intervenante de Maison d’hébergement et avoir accès à un espace pour pouvoir discuter de sa situation, être entendue, comprise, rebâtir son estime de soi, sa confiance en soi et ainsi se sentir plus forte et améliorer sa qualité de vie malgré la présence de la violence conjugale. Elle pourrait aussi bénéficier d’un groupe de soutien, d’aide dans sa relation avec ses enfants, d’aide matérielle et alimentaire, etc.

Il est donc tout à fait pertinent qu’une victime de violence conjugale qui ne souhaite pas rompre sa relation entre en contact avec SOS violence conjugale pour recevoir du soutien.

Est-ce que les services de SOS s'adressent seulement aux victimes ?

Non. SOS violence conjugale offre du soutien, de l’information et des références à toute personne concernée par la problématique de la violence conjugale et s’adresse donc aux victimes mais aussi à leurs enfants, à leurs proches, aux intervenant-es qui leur viennent en aide et aux personnes qui souhaitent cesser d’utiliser la violence dans leur relation amoureuse.

Est-ce qu'un homme ou une personne issue des groupes GLBTQ peut appeler à SOS pour avoir des services ?

Bien sûr. Les services de SOS violence conjugale sont offerts à toutes les personnes concernées par une situation de violence conjugale, sans égard à leur sexe, à leur orientation sexuelle, à leur âge, à leur origine ethnique, etc.

Est-ce qu'une personne qui exerce la violence peut appeler pour avoir de l'aide ?

Bien sûr. Il existe plusieurs ressources à travers le Québec dont la mission est de soutenir et d'aider les personnes qui utilisent des comportements violents et qui souhaitent cesser de le faire. Appeler SOS violence conjugale permet d’avoir accès à ces services. Si vous réalisez que vous avez déjà exercé de la violence dans une relation intime, vous pouvez obtenir de l’aide pour vous-même et pour votre famille en nous appelant. Cette démarche vous permettra de rebâtir la confiance de vos proches et de retrouver des relations égalitaires et harmonieuses dans vos relations intimes.

Dans quelles langues les services de SOS sont-ils offerts ?

Les services téléphoniques sont offerts en français et en anglais en tout temps. Les personnes sourdes francophones et anglophones peuvent aussi nous joindre par relais Bell en tout temps. De plus, plusieurs intervenantes de SOS violence conjugale offrent les services dans d’autres langues dont l’espagnol, l'arabe et l’italien. Ces services sont disponibles lorsque ces intervenantes sont présentes. Les intervenantes peuvent également mettre la personne qui appelle en lien avec une intervenante qui parle sa langue dans le réseau des ressources en violence conjugale.

Les services par courriel sont disponibles dans la majorité des langues. Au besoin, des traducteurs sont mis à profit pour traduire la réponse de l’intervenante de SOS dans la langue du correspondant. Il faut cependant prévoir des délais supplémentaires.

Comment vous rejoindre si je suis hors Québec ?

Les services de SOS sont offerts dans l'ensemble du Québec, et sont aussi offerts aux québécois hors province, qui cherchent de l'aide là où ils sont, ou qui souhaitent être mis en lien avec une intervenante au Québec.

La ligne 1-800-363-9010 est accessible uniquement pour les appels faits à partir du Québec.

Si vous êtes ailleurs au Canada ou à l'étranger, vous pouvez nous appeler à frais virés au 514-873-9010 ou encore nous écrire à sos@sosviolenceconjugale.ca.

Est-ce que les appels faits à SOS parraisent sur les factures de téléphone ?

Le 514-873-9010 est un numéro local pour la région de Montréal. Si vous appelez à partir d’une « ligne fixe » comme un téléphone résidentiel, il n’apparait généralement pas sur les factures de téléphone puisqu’il s’agit d’un numéro local. Cependant, si vous composez ce numéro à partir d’une autre région et qu’il s’agit d’un interurbain, celui-ci apparaitra dans vos communications facturées. Si vous êtes dans une autre région que celle de Montréal, composez plutôt notre numéro sans frais (1-800-363-9010) pour éviter de le voir apparaitre sur votre facture de téléphone. Si vous appelez à partir d’une ligne où les « minutes » sont facturées comme c’est le cas pour la plupart des téléphones cellulaires, ce numéro apparaitra sur votre facture comme tous vos autres appels locaux.

Le 1-800-363-9010 est un numéro sans frais pour l’ensemble du Québec. Si vous appelez à partir d’une «ligne fixe» comme un téléphone résidentiel, ce numéro n’apparait généralement pas sur les factures de téléphone puisqu’il s’agit d’un numéro sans frais. Si vous appelez à partir d’une ligne où les « minutes » sont facturées comme c’est le cas pour la plupart des téléphones cellulaires, ce numéro apparaitra sur votre facture comme tous vos autres appels à des lignes sans frais.

Si vous craignez que votre appel à SOS violence conjugale soit retracé à partir d’une facture de téléphone, vous pouvez composer notre numéro sans frais (1-800 363-9010) gratuitement à partir d’un téléphone public.

Qui sont les intervenantes de SOS ? Puis-je me joindre à votre équipe ?

Les intervenantes de SOS violence conjugale ont des formations diverses reliées à la relation d’aide (travail social, psychologie, criminologie, sociologie, etc.) et sont spécialisées dans l’aide aux victimes de violence. Au-delà de leur formation et de leur grande expérience, les intervenantes de SOS violence conjugale sont très préoccupées par la problématique et par la difficile réalité des victimes de violence conjugale, et elles ont à cœur le bien-être de chaque personne qui appelle à SOS.

Si vous souhaitez rejoindre notre équipe, que vous êtes parfaitement bilingue (ou presque) et que vous habitez la région de Montréal, n'hésitez pas à faire parvenir votre CV à info@sosviolenceconjugale.ca

Comment puis-je m'impliquer dans la lutte à la violence conjugale et aider SOS ?

Il y a plusieurs façons de s'impliquer et de soutenir notre mission !

Vous pouvez nous rejoindre sur les réseaux sociaux, sur Facebook et Instagram, et partager nos outils de sensibilisation et de promotion.

Vous pouvez diffuser l'information sur nos services en distribuant le matériel promotionnel de SOS dans votre organisation, votre milieu de travail, votre syndicat, votre quartier, etc., via notre bon de commande.

Vous pouvez faire un don à SOS ou encore demander des dons à vos amis à l'occasion de votre anniversaire via la plateforme Paypal Giving fund.

Est-ce que je peux faire du bénévolat à SOS ?

SOS violence conjugale n'emploie actuellement pas de bénévoles pour le travail sur sa ligne d'urgence. Ce travail sensible est effectué seulement par des intervenantes rémunérées et formées de façon continue dans le cadre de leur travail. Vous pouvez cependant nous appeler et il nous fera plaisir de vous mettre en lien avec une ressource qui a besoin de vous !

Comment puis-je en savoir plus sur la problématique de la violence conjugale ?

SOS violence conjugale publie régulièrement des capsules intitulées SOS-INFO . Chacune d'elle présente de l'information sur un sujet en lien avec la violence conjugale.

Volume 1 - 8 conseils pour les proches de victimes de violence conjugale
Volume 2 - 6 manifestations de violence économique
Volume 3 - 5 manifestations de violence conjugale ciblant le réseau social
Volume 4 - Démasquer la violence conjugale et ses comportements violents
Volume 5 - "Mais pourquoi elle reste ?" : Les enjeux de la violence conjugale
Volume 6 - 9 conséquences de la violence conjugale
Volume 7 - 14 phrases simples pour faire du bien à une victime de violence conjugale
Volume 8 - Violence conjugale par proxy

Obtenir de l'aide

Vous êtes préoccupé-e par votre relation ou par celle de quelqu'un d'autre ? Obtenez de l’aide gratuitement dès maintenant!

Par Téléphone

24 / 7 Pour l’ensemble du Québec
1 800 363-9010

Choisir une convo
Choisir une convo
Choisir une convo
Choisir une convo
Être pris en sandwich
Être pris en sandwich
Une faim de loup
Une faim de loup
Vrai pot de colle
Vrai pot de colle
J’ai mon voyage
J’ai mon voyage
Ça s’appelle, pas touche!!
Ça s’appelle, pas touche!!

Obtenir de l'aide

Vous êtes préoccupé-e par votre relation ou par celle de quelqu'un d'autre ? Obtenez de l’aide gratuitement dès maintenant!

Par Téléphone

24 / 7 Pour l’ensemble du Québec
1 800 363-9010

Ressources ailleurs au Canada

Ressources ailleurs dans le monde

  • 🇹🇼

    113 Protection line

  • 🇧🇬

    24/7 Hotline for Women, Juveniles and Children

  • 🇭🇷

    Autonomous Women’s House Zagreb

  • 🇦🇱

    Counselling Line for Women and Girls

  • 🇳🇴

    Crisis Situation Helpline

  • 🇨🇾

    Cyprus North - Domestic Violence Helpline

  • 🇽🇰

    Direct Line for Victims of Violence

  • 🇨🇾

    Domestic Violence Helpline

  • 🇨🇿

    DONA Line

  • 🇦🇺

    DV Connect

  • 🇧🇪

    Écoute Violences Conjugales

  • 🇫🇷

    Fédération nationale solidarité femmes

  • 🇧🇦

    Federation of Bosnia and Herzegovina - SOS Line for Help of Women and Children, victims of domestic violence

  • 🇱🇺

    Fraentelefon

  • 🇦🇹

    Frauen helpline

  • 🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿

    Freephone National Domestic Violence Helpline

  • 🇷🇸

    Helpline for victims of domestic violence

  • 🇹🇷

    Hürriyet Emergency Domestic Violence Hotline

  • 🇮🇸

    Kvennaathvarfið shelter helpline

  • 🏴󠁧󠁢󠁷󠁬󠁳󠁿

    Live Fear Free Helpline

  • 🇩🇰

    LOKK Hotline

  • 🇭🇺

    NaNE Helpline for Battered Women and Children

  • 🇺🇸

    National Domestic Violence Hotline

  • 🇵🇱

    National Emergency Service for Survivors of Family Violence Blue Line

  • 🇷🇺

    National Helpline for Women Victims of Domestic Violence

  • 🇺🇦

    National Hot Line on Prevention of Domestic Violence

  • 🇧🇾

    National Hotline for survivors of domestic violence

  • 🇸🇰

    National Line for Women Surviving Violence

  • 🇲🇰

    National SOS Line

  • 🇩🇪

    National Women’s Helpline

  • 🇬🇪

    National Women’s Helpline

  • 🇷🇴

    National Women’s Helpline

  • 🇮🇹

    Numero verde Antiviolenza Donna

  • 🇱🇹

    Pagalbos Moterims Linija

  • 🇧🇦

    Republika Srpska - SOS Line for Help of Women and Children, victims of domestic violence

  • 🏴󠁧󠁢󠁳󠁣󠁴󠁿

    Scottish Women's aid

  • 🇪🇸

    Servicio telefónico de información y de asesoramiento jurídico en material de violencia de género

  • 🇵🇹

    Serviço de Informação às Vitimas de Violéncia Doméstica

  • 🇲🇪

    SOS Helpline for Victims of Violence

  • 🇸🇮

    SOS Helpline for Women and Children – Victims of Violence

  • 🇬🇷

    SOS Hotline

  • 🇿🇦

    Stop gender violence line

  • 🇲🇹

    Supportonline 179

  • 🇸🇪

    Terrafem

  • 🇦🇲

    The National Hotline for Women Victims of Domestic Violence and their Children

  • 🇳🇿

    The women's refuge

  • 🇲🇩

    Trust Line

  • 🇪🇪

    Tugitelefon

  • 🇳🇱

    Veilig Thuis

  • 🇨🇭

    Women helpline

  • 🇮🇪

    Women's Aid Freephone National Domestic Violence Helpline

  • 🇫🇮

    Women's Line

  • 🇱🇮

    Women’s Helpline Frauenhaus